Bonne fête des mères maman

 

Je suis seule et heureuse. Le silence m’enveloppe, m’entoure. Je pense à tout et à rien,  du profond, du léger. Le bonheur quoi! Pourquoi le bonheur? En raison de la liberté du moment… et je dis bien « liberté du moment »  car je crois que nous sommes nés pour partager, échanger, avancer et pour y arriver, on a besoin d’être entouré.

Pour l’instant, je savoure la vie, j’ai un amoureux, deux fils qui sont ma fierté et des petits enfants qui font de ma vie un grand bonheur. En plus, j’ai gagné deux filles avec qui j’ai une belle connivence. Mais je sens encore l’absence de ma mère! Une mère, c’est irremplaçable! Bien sûr, mon père me manque mais j’ai eu le temps de le connaitre, de lui présenter mes deux fils et notre complicité est ancrée en moi, sa jovialité, sa façon de me regarder, de me parler. Tout est dans le regard dit-on et j’y crois fermement, j’ai senti que je pouvais faire confiance en la vie par l’amour que je voyais dans ses yeux.

Ma mère, une femme où bienséance et fierté allaient de paire avec discipline et rigueur. De moi, j’avais toujours l’impression qu’elle désirait la perfection. Ma joie de vivre pour ne pas dire mon intensité était dérangeante… J’étais espiègle, maladroite, curieuse et j’aimais les folies… tout ca avec une grande émotivité et sensibilité. Partie tôt, Elle n’a pas connu Daniele adulte et maman.

Je vivais avec la liberté et la frivolité propres à l’enfance et adolescence  alors qu’elle était débordée par les nombreuses tâches familiales. De plus, les filles de mon époque n’avaient pas le droit de rire trop fort, de s’épivarder comme on dit, notre vertu était constamment sous surveillance.

Finalement, on a eu peu de temps pour se parler, on commençait à se connaître comme femme et la vie en a décidé autrement. Quel dommage tout cela! J’aurai aimé la gâter, l’épater, tout en lui montrant ma vulnérabilité et mon grand besoin par elle d’être aimée avec des mots, des bras, des regards.

Avec une grande famille, dont un frère handicapé, je crois sincèrement que ma mère a été une personne sage, trop sage et sérieuse alors qu’elle aurait aimé oser davantage, danser plus souvent, s’impliquer en communauté, voyager dans le monde… Tout ce que nous pouvons faire maintenant.

Elle aimait rire et n’y manquait pas dès que tante Mariette, sa sœur, venait la rejoindre et la supporter dans sa besogne. Elle aimait aussi écouter et nombreux sont les jeunes adolescents qui venaient se confier à ma mère.

Si je publie ce texte, c’est pour démontrer que oui nous conservons le meilleur des souvenirs mais la vie n’est pas sans peine et elle a aussi été dans ma vie. Et je ne le dis pas de façon négative car cette expérience m’a apporté des richesses. La vie a été bonne pour moi mais on ne peut nier que nos mères ont trimé fort, très fort.

En mémoire de ma mère, je me suis investie collectivement dans la réalisation du projet EN MEMOIRE D’ELLE et si je tente maintenant de promouvoir l’écriture et la conservation des souvenirs, c’est toujours parce que je sais que du haut du Ciel, elle sourit et c’est ce qu’elle aurait aimé que je fasse.

Je t’aime maman, bonne fête des mères.

Danièle Rail, 2016

2 commentaires sur « Bonne fête des mères maman »

  1. Merci Danièle pour ce beau texte en rappel de nos mères décédées trop jeunes nous laissant avec nos repères manquants. Bien que la vie n’est pas facile pour tous et toutes, le souvenir de nos mères défuntes nous propulse dans la volonté d’accomplir au meilleur de notre connaissance les messages qu’elles nous ont laissés.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s